• Il n'y a rien de plus grisant au monde pour une Lolita que de commander - puis avoir entre les mains ! - une robe qui nous fait rêver, plus encore lorsque la robe en question s'est avérée particulièrement rare ou difficile à se procurer. Dans mon cas, ce n'était pas un vêtement ( bien que je rêve de mettre la main sur du Dolce Piu Amabile ) mais un recueil d'illustrations.

    En effet, le premier artbook de Kira Imai, sobrement intitulé Velour, est paru le 20 août dernier. Malheureusement, il n'était en vente que via le site de l'auteur et dans les boutiques Angelic Pretty ( qui n'incluent apparemment pas les revendeurs officiels comme Boddywood à Paris ). Autre alternative pour les Kiramaniacs, le dénicher à prix d'or grâce aux enchères en ligne, au risque de passer pour un pigeon vu le prix d'origine (moins de 10€). Et c'est là qu'IL est apparu. Vous êtes bien sûr au courant car vous lisez assidûment mon (ou son) blog, François Amoretti se trouve être un très bon ami de Kira. Celle-ci lui a donc aimablement envoyé quelques-unes de ses cartes postales ET dix exemplaires exactement de Velour ! Pour qu'il les vende à son compte ! Ô Joie !

    Revenons-en à nos moutons. Le livre en question dénombre donc 24 pages et il est très fin, contrairement au papier en lui-même qui est un peu épais. Si l'on regarde bien la couverture, on peut aussi remarquer un discret scintillement ( à moins que ce ne soient les étoiles de mes yeux qui se reflètaient ? xD ). L'aspect extérieur est en tout cas très sobre et sombre, la jeune fille en couverture se noyant presque dans tout ce noir, les cheveux au vent, le visage pas si inexpressif que ça ( une caractéristique des personnages de Kira Imai ). Le tout donne une atmosphère très spéciale, comme si elle lévitait.

    On compte deux parties bien distinctes dans ce recueil. La première est un pot-pourri de différentes créations sans réels liens, datant de 2oo6 à 2oo8, dont on connaît déjà la plupart. Cela nous permet de nous extasier une fois de plus sur son admirable sens de la composition, son incroyable sens de la mode qui innove plus que certaines marques Lolita ou encore ce merveilleux talent qu'elle possède d'insuffler à ses dessins des ambiances discrètement  singulières. Rien donc de vraiment surprenant pour nous, si ce n'est l'illustration de la page 6, magnifique, sensuelle et formidablement choquante.

    J'ai trouvé la deuxième moitié plus intéressante, en ce sens qu'elle m'a révélé une facette de l'artiste que je ne connaissais pas encore. Car c'est un poème, écrit par Kira elle-même et illustré très sobrement, avec des lignes simples et peu de fioritures, parfois de grands vides qui semblent signifier une certaine mélancolie, ou de la solitude. La palette de couleurs est limitée : noir, blanc, gris et de ce bleu-vert semblable à celui de la couverture. Découvrir cette partie fut pour moi une agréable surprise, d'autant qu'elle ne figure pas dans les scans mis en ligne sur la communauté EGL.

    Velour est actuellement en rupture de stock chez M. François, mais j'avais précisé dans un précédent article qu'il y en aurait bientôt d'autres à disposition, avec dans la foulée le nouveau calendrier pour l'année qui approche. En attendant, il reste toujours les cartes postales, à bouts ronds et encore plus délicatement pailletées que le livre !

    Quelques scans sur EGL 

    Boutique Kira Imai 

    NB : Si quelqu'un pouvait se dévouer pour traduire ce poème... *___* (qui n'est d'ailleurs pas très long)


    votre commentaire
  •  

    Avant même que je n'apprenne l'existence il y a quinze jours de Numéro 9, réalisé par Shane Acker et produit par Tim Burton, j'étais déjà au courant il y a presque un an de l'existence d'Alice in Wonderland. En effet, ce réalisateur à l'univers reconnaissable entre tous, papa des célébrissimes Edward aux Mains d'Argent, l'Etrange Noël de M. Jack ou encore Charlie et la Chocolaterie a décidé une fois de plus de s'attaquer à un classique de la littérature enfantine : Alice aux Pays des Merveilles. Pour le plus grand bonheur des Lolita.
     
    Ce n'est pas la première fois que l'oeuvre de Lewis Carroll est ainsi adaptée pour la télévision ou le cinéma, la reprise la plus connue étant bien sûr celle de Disney en dessin animé. Tim Burton n'étant pas convaincu par toutes ces versions, il annonce donc sa volonté d'instaurer une "base émotionnelle" à l'ensemble et un certain cadre à l'histoire à l'aide d'une trame définie et non d'une "simple suite d'évènements". On observe donc quelques minuscules diférences dans le synopsis par rapport au livre :
    Alice (Mia Wasikowska), 19 ans, retourne dans le monde fantasque découvert étant petite fille, renouant avec ses amis d'enfance : le Lapin Blanc, Blanc-Bonnet & Bonnet-Blanc, le Loir, la Chenille, le Chat du Cheshire, et bien sûr le Chapelier Fou (Johnny Depp). Alice embarque pour un fantastique périple pour trouver sa vraie destinée et mettre fin au règne de terreur de la Reine de Coeur (Helena Bonham Carter).
     
    ( Et là je sais, oui je sais, qu'il y aura des puristes pour râler xD  ). Côté technique, le film contiendra de vrais acteurs en chair et en os, modifiés ici et là par ordinateur afin de leur donner un aspect plus irréel. Les décors et les animaux quant à eux seront en images de synthèses, le tout visible en 3D dans les cinémas dotés de la technologie IMAX ( avec lunettes bicolores et tout ) ! Au sujet des acteurs, on retrouvera la clique habituelle de Burton, c'est-à-dire Johnny Depp et Helena Bonham Carter en plus de Danny Elfman pour la musique. La jeune Alice sera interprétée par une actrice australienne du nom de Mia Wasikowska, qui a notamment joué dans les Insurgés. On notera également la présence d'Anne Hathaway en Reine Blanche et d'Alan Rickman dans le rôle de la... Chenille ! Casting complet ici
     
    Une petite observation tout de même, Alice in Wonderland sera produit par Disney, qui en avait déjà donné sa vision devenue culte ( beaucoup ne connaissent d'Alice que cette version ). Dès lors, la question est : en quoi l'interprétation de Tim Burton aura été influencée par ce studio réputé pour ses films où tout se finit bien ? N'ont-ils pas des univers diamètralement opposés, l'un coloré et gentil (quoique) et l'autre drôle et sombre à la fois ?
     
    Mais inutile de trop cogiter pour le moment ! En attendant, vous êtes tous invités à une Tea Party le 24 mars 2010 ( sortie du film prévue le 5 aux USA. Aouch ) en compagnie d'Alice, du Chapelier Fou et de tous les habitants du Pays des Merveilles ! 


    4 commentaires
  • Il était une fois...
    Hansel, élève turbulent et bavard, et Gretel, jeune fille impulsive prête à jouer de son sabre en bambou pour défendre la veuve et l'orphelin. Dans un monde si parfait où les épinards poussent dans les cheveux et où les cochons n'ont qu'une seule envie, vous offrir leur côtelette, la vie aurait été trop facile sans l'arrivée de la Reine Marilyn et de ses sorts maléfiques. Hansel & Gretel réussiront-ils à sauver le pays des rêves ?

     

    Ok, l'histoire est sooo Rori, mais, avouons-le, je n'aurais probablement jamais mis le nez dans cette bande-dessinée en couleurs si je ne connaissais pas le style Mizuno. Et ce nom vous dit sûrement quelque chose, à vous aussi.

    Junko Mizuno, née le 27 mai 1973 à Tokyo, vit à San Francisco depuis moins d'un an (!). Illustratrice, designeuse de jouets et de goodies en tout genre ( Petits Poneys, t-shirts, présa... ), publie, expose, dédicace dans le monde entier. De part son curieux mélange entre des dessins mignons et super colorés et un univers grotesque et angoissant, son style est souvent qualifié de "cute'n creepy", "freakawaii" ou encore "kawaii-trash". Un adorable cauchemar. Ses inspirations ? Elles sont en constante évolution mais on notera des influences très japonaises telles que les Shôjo manga des 70's, la culture Kawaii et les films d'horreurs, mais aussi très occidentales : l'Art Nouveau , l'érotisme et les contes entre autres. Car en dehors de Hansel & Gretel, on trouve dans sa bibliographie La Petite Sirène et Cendrillon ( renommée "Cinderalla" pour l'occasion ).
     
    Cette BD alternative ( car non, ce n'est pas un manga ) prend beaucoup de libertés par rapport à la version originale des frères Grimm, mais c'est pour mieux nous régaler de l'imagination de son nouvel auteur ! Des croissants qui poussent dans les arbres, un père incapable de distinguer du violet ou une femme pas plus grosse qu'un insecte caissière de supermarché... Je n'en dis pas plus pour éviter de vous gâcher tous ces petits détails jubilatoires qui font la saveur de ce livre ! En parlant de saveur, on assiste ici à une avalanche de nourriture : viande, fruits, gâteaux, viennoiseries... Par terre, sur les murs, les meubles ou les réverbères... D'ailleurs, le nom du Mont Hibari n'est-il pas un anagramme de... Haribo, la marque de bonbons ?
     
    Malgré tout, l'ensemble est presque trop gentil. On aurait pu penser que des thèmes comme le cannibalisme, les parents indignes et les méchantes sorcières donneraient de la matière à Mizuno pour nous servir un truc bien gore et malsain. Que nenni ! Pas (beaucoup) de sang versé, pas (beaucoup) d'érotisme et des villageois amicaux et sympathiques.
     
    En conclusion, Hansel & Gretel est une petite friandise ultra sucrée et (quasi) innocente à s'accorder le temps d'un après-midi, mais lisez plutôt La Petite Sirène et Cinderalla si vous voulez plus trash. 
     
    ( Au fait, il y a des petits bonus à la fin du livre, dont un à éloigner des yeux innocents. A bon entendeur... )
     
     
     
    Site officiel de l'auteur (en maintenance)  

    Blog officiel 


    votre commentaire
  •  

     

    Kira Imai est illustratrice. Née dans la préfecture de Hyogo ( où se trouve Kobe ) le 17 décembre 1977, elle vit actuellement à Tokyo en compagnie de son mari, un certain Mukuro.

    Elle travaille notamment pour Angelic Pretty, chez qui elle crée parfois des imprimés ( dont celui en bannière de mon blog ^^ ) et s'occupe des illustrations du site officiel de la marque en alternance avec Maki, l'une des designers et dessinatrices attitrées. On trouve également son travail dans le magazine japonais Gothic & Lolita Bible.

    Kira Imai est l'illustratrice la plus connue de la sphère Lolita, tant au Japon qu'en Amérique et en Europe, où ses oeuvres constituent la plus grande source d'inspiration des artistes en herbe. On ne trouve malheureusement le plus souvent que de simples copies de son style, plus ou moins bien exécutées. Mais c'est comme ça qu'on apprend n'est-ce pas ? :-p

    Ses dessins ne comportent le plus souvent qu'un ou deux personnages placés au centre de l'espace, en général des twins Lolita ou une Lolita et un Kodona assortis. L'absence de décor est quasi récurrente chez cette artiste, le fond est souvent uni ou à imprimés avec des fruits, des sucreries, des noeuds ou des fleurs éparpillés sur toute la surface. Tout cela pourrait paraître mignon et candide au premier abord - des petites Lolita aux joues et genoux roses - mais derrière cet air faussement ingénu ( regardez bien les visages ) se cache un bloomer qui dépasse, un bout de porte-jarretelle et même parfois des positions assez ambigues...

    Question technique, Kira confie lors d'un entretien avec son homologue français et ami François Amoretti effectuer un crayonné qu'elle repasse ensuite à l'encre. Puis elle scanne et paufine le tout grâce à un logiciel de traitement d'image. La jeune femme lui avoue cependant son envie de varier ses méthodes, en vain d'après elle. On a un aperçu de cette volonté avec sa dernière illustration en date ( ci-joint ), tout en légèreté. Peut-être un avant-goût de son nouveau style ? 

     

    Niveau actu, on notera la publication d'un artbook intitulé Velour et d'une belle collection de cartes postales, prochainement en vente sur le blog de François Amoretti à un stock TRES limité. A surveiller dès cette semaine !

    Kira Imai fera également partie du prochain projet de son ami, en compagnie d'une ribambelle d'artistes du milieu tels que Maki et les Kokusyoku Sumire, duo musical incontournable de la scène Lolita. On en saura plus en septembre...

     Son site officiel

    Angelic Pretty

    Blog de François Amoretti 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique