• On dit souvent qu'une tendance se dessine à partir de trois. Or, j'ai lu en une semaine trois billets de blog citant, voire commentant, trois écrits différents du même auteur. Serait-ce à dire que l'auteur en question revient en force chez les Lolitas ? Peut-être bien que oui, peut-être bien que non. Toujours est-il que j'ai décidé aujourd'hui de passer en revue l'un des manifestes les plus célèbres du Lolita, voire LE plus célèbre. J'ai bien envie de vous le faire deviner, mais si je dis que c'est un roman vous en trouverez tout de suite le nom. Alors oui, je parle bien de Shimotsuma Monogatari, ou, si l'on se réfère à l'horrible traduction américaine, Kamikaze Girls

    Le roman de Novala Takemoto le plus connu de sa vingtaine de livres (et aussi l'un des seuls traduits en anglais), se situe dans le Japon rural. Momoko est une Lolita qui vit, mange et respire Rococo. Dans un patelin qui semble coincé à une époque qui n'est, elle, ni Rococo ni moderne, elle se désespère entre deux achats chez BABY, The Stars Shine Bright (je salue au passage le courage de l'auteur à écrire ce nom sur plusieurs centaines de pages). Lorsqu'elle rencontre un jour une Yanki surnommée Ichiko, c'est le début d'une drôle de relation avec cette fille aux cheveux jaunes et au mauvais goût indécrottable.

    Je commencerais par souligner le caractère classique qui fait l'intrigue de Shimotsuma Monogatari. Car la rencontre entre deux-opposés-pas-si-opposés-qui-finissent-par-bien-s'aimer est un poncif dans n'importe quel type d'histoire, ce qui n'est pas du tout aussi punk que ce dont on aurait pu attendre de Takemoto. En conséquence, elle suit une structure plutôt classique dont certains épisodes, fantasmes de lectrices, seraient dignes de la chick-lit*. Ce serait ainsi plutôt un livre pour adolescentes, d'autant que les héroïnes ont toutes deux 17 ans. Dans un niveau de langue raisonnable (je l'ai lu en anglais) appuyé par un style clair et fluide, on suit donc une petite histoire agréable et divertissante contenant une dose d'humour qu'on ne manquera pas d'apprécier. Les descriptions et passages à visée didactique sont nombreux et coupent parfois inutilement l'intrigue, mais restent pour la majorité assez captivants (je vous renvoie pour cela aux passages sur l'histoire du Rococo et de la marque Baby, un régal).

    * Cette remarque n'est pas du tout aussi insultante qu'elle s'en donne l'air :p

    De même, la description de la plus connue des lifestyle Lolitas pourrait paraître au choix idéaliste ou caricatural. Mais c'est là que mon avis diverge. Une opposition très nette entre Ichiko et Momoko est certes nécessaire puisqu'elle constitue le centre de l'intrigue, mais la présence de cette même Ichiko permet justement à Momoko d'évoluer sensiblement à travers les pages : pour le bien de l'histoire, elle ne pouvait rester seule et immuable. Par ailleurs, le cadre et la situation -en somme tout le livre- jouent sur les clichés et les contrastes pour mieux les exploser ensuite. C'est donc un peu plus subtil que ce qu'on croit au premier abord.

    Shimotsuma Monogatari est avant tout un éloge de la différence, d'accord, mais surtout de cette différence qui nous influence et nous grandit. Le Lolita selon Takemoto est au début ce truc figé qui ne tolère que Baby et vit comme un ermite au milieu du monde, c'est ensuite un machin très punk, toujours en Baby, qui pourrait se résumer par "let's all get along while following our own paths and doing whatever the hell we want !" (dans sa postface, l'auteur décrit cette phrase comme étant la base du livre) et à bas les gens manichéens ! Pour dire la vérité, c'est même un message tellement clair, et le roman est tellement populaire chez les Lolitas, que je ne comprends pas que la communauté n'ait toujours pas compris cela depuis le temps. J'oserais même affirmer que ce livre est prémonitoire car il y a dedans tout ce qui fait polémique dans le milieu : le lifestyle Lolita, la tolérance, l'importance de ne pas se fermer au monde, les répliques de vêtements de marque (!)... Une vraie Bible du Rori. Et le physique de Momoko n'est jamais décrit, on ne peut donc pas dire que seules les filles minces, petites et aux cheveux de telle couleur peuvent s'identifier au personnage. Je vous le dis, ce mec est un Dieu : il a écrit tout ça en 2002.

    Shimotsuma Monogatari ne brille donc pas par son originalité sur la forme (en plus, la fin est assez décevante malgré une ambiguité intéressante dans la dernière phrase) mais traite d'une sous-culture dont on parle bien trop peu en littérature, ce qui en soi suffit à en faire tout le charme et l'intérêt. Le roman s'impose donc en première place des fictions sur les Lolitas grâce à son regard tendre et amusé sur ces jeunes filles un peu étranges que l'on admire sans le vouloir. La barre est donc placée relativement haut, mais il y a moyen de faire beaucoup mieux dans le genre du roman Lolita, si vous voyez ce que je veux dire.

    KAMIKAZE GIRLS EN ANGLAIS

    Version normale / version reliée

    KAMIKAZE GIRLS EN JAPONAIS

    Neuf sur Amazon.jp / D'occasion sur CottoCan (par hanako)


    2 commentaires
  •  
    En ce surlendemain de Journée de la Femme, parlons de celle qui ne cesse d'inspirer la littérature, la mode, le cinéma et même la publicité ! Ce n'est pas une philosophe ou une scientifique, elle ne s'est pas même battue contre les injustices, ou alors à sa manière. C'est juste une femme au destin extraordinaire, celui de reine de France dans une période trouble où une révolution gronde sans qu'elle puisse, ou veuille l'entendre.
     
    Je me suis toujours demandée, tout en en cherchant chaque fois plus sur sa vie, pourquoi Marie-Antoinette est restée et reste encore une figure importante de l'imaginaire collectif et de la culture pop. Plus encore, pourquoi cet intérêt tout particulier de la part des Lolita ? Serait-ce la période historique (le XVIIIe siècle) ? Le lieu (la Cour de Versailles, la France) ? Les robes ? Les pâtisseries ? Voilà des questions auxquelles le film éponyme de Sofia Coppola (Virgin Suicides, Lost in Translation) tente de répondre, et cela mieux que tous les livres ou documentaires que j'ai pu étudier sur le sujet.
     
     
    Alors oui, le film est loin des fresques historiques pompeuses et guidées et son parti pris est très féminin. Le rose fuchsia côtoit le rose dragée, et le décor et les tenues pastelles évoquent irrésistiblement des macarons Ladurée (laquelle a fourni l'équipe de tournage pour certaines scènes !). Les plans sont soignés à l'extrème, l'actrice principale, Kirsten Dunst, est jolie et charismatique. Les personnages passent leur temps à dépenser, jouer, faire la fête et mangent des pâtisseries françaises toute la journée... Bref, on a une vision fantasmée et romantique de la cour de Versailles que Momoko n'aurait pas reniée. Tellement Lolita !
     
     Heureusement pour nous cependant, l'intérêt de Marie-Antoinette ne repose pas que sur ces considérations esthétiques. Ainsi, on peut remarquer certains anachronismes délibéremment dissimulés, et des libertés avec l'Histoire française que seule une non-Française aurait pu prendre. Sofia Coppola s'est inspirée de la biographie écrite par Antonia Fraser mais a aussi été fortement influencée par "l'esprit néo-romantique de certains groupes pop des années 80 comme Bow Wow Wow, Adam Ant" et le film Lisztomania (maintenant, je sais d'où vient la chanson :-D). The Strokes, Phoenix, The Cure, New Order ou Air partagent la bande-son avec des morceaux classiques de l'époque. Par son côté décadent, libre et irrévérencieux, Marie-Antoinette est en fait un teen-movie très américain (n'oublions pas l'âge qu'elle avait lors de son mariage avec le futur Louis XVI) comme la réalisatrice sait si bien les faire. Justement, les passages que j'ai préférés dans ce film ne se trouvent pas, comme j'aurais pu le croire, dans cette débauche de robes pastelles et de macarons assortis (quoique je ne cracherais pas dessus), mais au contraire la période de calme qui suit la tempête, celle de la construction du Petit Trianon et des caprices champêtres de la reine, qui m'ont rappelés un autre film de Sofia Coppola, Virgin Suicides. Kirsten Dunst y avait d'ailleurs déjà joué, et je trouve amusant de voir toutes les ressemblances qui existent entre ces deux films malgré leurs milieux très différents.
     
     
    Vous ne trouverez rien de politique dans Marie-Antoinette, cet aspect est allègrement laissé de côté. On suit seulement l'évolution d'un personnage forcé de sortir de son enfance pour devenir la plus grande femme de France. On suit seulement ce monde hermétique qu'est Versailles jusqu'aux évènements qui viendront brutalement briser son illusion de la vie. A tel point que si le spectateur ne connaissait pas déjà cette histoire, il aurait pu se demander pourquoi elle finissait ainsi, dans la révolte et la violence. On évite malgré tout ce regard biaisé grâce à la démarche très personnelle de la réalisatrice, qui lui a par ailleurs value en 2006 à Cannes le prix de l'Education Nationale pour son "audace de l'Art et son respect de l'Histoire" !

    2 commentaires
  •  
    Pochette de l'album Bondage (édition simple), 2oo9
     
     
    Pour celles qui en ont marre de toujours entendre parler de la même chose en ce moment, voilà un article qui s'éloigne un peu de l'actu Lolita, mais qui ressurgira avant, disons, le mois d'Avril ?
     
    En recherchant pour le blog plus d'informations sur Nana Kitade, je n'ai pas pu m'empêcher de la comparer à Novala Takemoto. Ok, même si elle écrit ses propres paroles, Nana n'est pas écrivain mais chanteuse, et elle n'a pas 42 ans mais 22, puisqu'elle est née le 2 mai 1987. Et puis, même leur groupe sanguin est différent (elle est O) !
     
    Ceci étant dit, la demoiselle a connu l'apogée de son succès en Occident à la plus ou moins même période que le romancier, c'est-à-dire, pour grossir le trait, entre 2oo6 et 2oo8 environ. A cette période, on la voyait poser dans des publications Lolita telles que Gothic & Lolita Bible, KERA ou encore KERA Maniax, faisant régulièrement leur couverture. Lorsqu'on lui demande de se présenter, elle répond qu'elle "représente le mouvement Goth-Loli" mais se considère également comme "Punk", ce qu'on peut voir dans son style vestimentaire unique, un Punk Lolita élégant et soigné dans les moindres détails. "La fille aux cheveux rouges" a d'ailleurs signé deux lignes de vêtements en collaboration avec la marque BABY, The Stars Shine Bright et son penchant dark Alice & the Pirates. L'une de ces collections était même dédiée à Hello Kitty. Alors, vous voyez bien qu'ils se ressemblent ! ;-]
     
     
    En ce qui concerne son intrusion dans la musique, elle débute à l'âge de trois ans avec l'apprentissage du piano. A 12 ans, elle commence à écrire ses propres paroles avant d'attraper une guitare deux ans après. A la fin de ses études, elle quitte son Sapporo natal pour Tokyo, car elle est bien décidée à percer. Ce qui la conduit à une audition pour Sony qui changera sa carrière ( On remarquera en passant que la protégée de Mana, Kanon Wakeshima, s'est elle aussi fait connaître par ce moyen ).
    Son premier single, "Kesenai Tsumi", lui vaudra la quatrième place des charts au Japon grâce à l'anime FullMetal Alchemist, puisque la chanson y tient lieu de générique de fin (voir parenthèse précédente). En 2oo5, elle sort enfin son premier album : 18-Eighteen.
     
    L'année suivante, elle décide de partir à la conquète des Etats-Unis avec un concert à San Francisco, puis à Baltimore. Son deuxième album, I Scream, est dans les bacs. En juillet 2oo7, c'est au tour de la France de l'accueillir, avec de nombreux évènements : Japan Expo bien sûr, donc séance de dédidaces, mini-concert et défilé de mode au programme. Elle est même l'invitée d'honneur de la boutique BABY à Paris, ce qui lui permet de se rapprocher de ses fans Lolita françaises ! La même année, l'album Berry Berry SINGLES est en vente. Par la suite, elle se produira dans quelques autres pays d'Europe comme l'Allemagne par exemple, mais les USA et la France semblent toujours être ses cibles principales.
     
    Nombre de ses chansons ont été utilisées pour des drama, films ou anime tels que Jigoku Shoujo (La Fille des Enfers), Ruby Gloom, Persona : Trinity Soul... Mais ce que je trouve le plus amusant chez elle, ce sont ses covers déjantées d'artistes punks et rocks anglo-saxons ! Cindy Lauper, Daisy Chainsaw et même Green Day, elle les aura tous repris, massacrés pour certains, à coups de guitares saturées et de cris de gorets très aigus. Ah, parce que je ne vous avais pas précisé que la belle possédait une voix assez... juvénile ? Mis à part ça, la musique de Nana Kitade se révèle en fait moins originale que ne le laisse penser son look. Ca se laisse écouter, c'est souvent entraînant, c'est surtout joli aux yeux tout compte fait.
     
     
    2oo9, l'année du changement. Après Bondage, un album au titre évocateur, un piercing à l'avant-bras et des photos qui annonçaient un nouveau look plus mûr et plus épuré, la chanteuse disparaît un moment de la circulation pour cause de "problèmes de santé". Des rumeurs ont rapidement suivi : histoires d'overdoses, de licenciement par Sony et par KERA... Ca ne vous rappelle pas quelqu'un ? Seule bonne nouvelle, la création d'un nouveau groupe nommé Loveless, qui au vu des photos (puisque c'est tout ce qu'on a pour l'instant) s'annonce moins pop et plus brut. J'avoue attendre beaucoup de ce virage musical, qui, faute de paraître So Rori, n'en reste pas moins plus intéressant que le produit d'un grand label. Et puis, n'y avait t-il pas des gens pour dire que l'étiquette "Lolita" qu'elle s'apposait n'était qu'un argument commercial ?
     
     
    Site de Loveless (un extrait musical est apparu avant-hier !)
     

    votre commentaire
  •  
    Tim Burton et les productions Disney continuent sur leur lancée et s'amusent à créer l'attente dans nos petits cerveaux impatients. Il s'agit cette fois de musique ! On sait déjà qu'Alice in Wonderland s'est doté d'une joli bande-son composée par Danny Elfman, dont on peut désormais écouter un extrait sur le site officiel du film à venir. La bande-originale est d'ailleurs déjà disponible à la pré-commande sur Amazon et sera en vente le 2 mars prochain, c'est-à-dire trois jours avant la sortie américaine (rappelons que la notre, de sortie en salles, est prévue pour UN mois et DEUX jours après. Bref). Jusque là pas de surprise, Elfman collaborant régulièrement avec le réalisateur.
     
    L'originalité de la chose voyez-vous, et ce qui devrait créer un petit buzz, est qu'il y aura une deuxième bande-originale vendue le même jour ! Celle-ci, radicalement différente, sera une compilation de seize morceaux dont une bonne partie sera apparemment inspirée par les chansons de la version Disney. La liste complète de ces titres a été révélée sur Myspace cette semaine :
     
    1.  “Alice (Underground)” performed by Avril Lavigne
    2.  “The Poison” performed by The All-American Rejects
    3.  “The Technicolor Phase” performed by Owl City
    4.  “Her Name Is Alice” performed by Shinedown
    5.  “Painting Flowers” performed by All Time Low
    6.  “Where’s My Angel” performed by Metro Station
    7.  “Strange” performed by Tokio Hotel and Kerli
    8.  “Follow Me Down” performed by 3OH!3 featuring Neon Hitch
    9.  “Very Good Advice” performed by Robert Smith
    10.  “In Transit” performed by Mark Hoppus with Pete Wentz
    11.  “Welcome to Mystery” performed by Plain White T’s
    12.  “Tea Party” performed by Kerli
    13.  “The Lobster Quadrille” performed by Franz Ferdinand
    14.  “Running Out of Time” performed by Motion City Soundtrack
    15.  “Fell Down a Hole” performed by Wolfmother
    16.  “White Rabbit” performed by Grace Potter and the Nocturnals
     
    Non, vos lunettes ne sont pas sales, vous n'avez pas déménagé sur WTFland et on parle bien d'un film de Burton : des groupes aussi géniaux que Franz Ferdinand côtoient Tokio Hotel et Avril Lavigne ! :o Oui, c'est un sacrilège. Autant dire que les réactions ont été très partagées sur Myspace, irrémédiablement négatives du côté Lolita (en tout cas sur le forum où j'avais fait passer l'info). Bien sûr, j'exagère un peu. Je n'ai pas grand-chose contre Tokio Hotel, mais la tracklist me laisse perplexe. Ca fait vraiment Emo, comme le disait quelqu'un. Pourquoi n'avoir pas choisi des groupes qui trouvaient déjà une réelle inspiration d'Alice au Pays des Merveilles dans leur musique ? Pourquoi pas les Kokusyoku Sumire ? L'amitié qui lie ces artistes avec Tim Burton est connue de leurs fans. De plus, une diffusion aussi large de l'album ne ferait que profiter à celles-ci, qui en ont bien besoin. CA, ce serait vraiment original et burtonnien.
     
    Toujours est-il que l'album, dont vous pouvez voir un visuel ci-contre, sera intitulé Almost Alice. Une version collector additionnée de deux chansons inédites sera également mise en vente exclusivement sur HotTopic (qui possède déjà les droits pour les produits dérivés, vous vous souvenez ?) alors qu'une vidéo du premier single, "Alice (Underground)" par Avril Lavigne sera disponible début Février. Gardez un oeil sur le blog et sur mon Twitter !
     
    Et vous, que pensez-vous de la programmation de l'album ? Quels artistes auriez-vous aimé voir collaborer à cet opus ? Je propose qu'on compose notre propre compil' ! :-D

    6 commentaires
  •  

    Novala ( ou Nobara ) Takemoto ( vrai prénom : Toshiaki ), est né le 26 Janvier 1968 à Uji, près de Kyoto. Mais, fasciné comme son héroïne Momoko par la période Rococo, ce styliste et écrivain dont le nom de plume signifie "la Rose Sauvage" dit parfois être né en... 1745 ! Fan de la marque Vivienne Westwood, il se décrit comme "Punk" mais est pourtant surnommé "le Barde Lolita" et reste l'une des icônes majeures du "Lolita lifestyle". Même les plus néophytes ont sûrement déjà posé les yeux sur l'un de ses poèmes "Gothic & Lolita Go World" ou encore "Rules on the Lolita" ("les Règles de la Lolita"), souvent cités pour l'encourager à suivre ses propres goûts sans s'inquièter d'autrui.

    Jusqu'à il y a deux ans, cet auteur avait une activité florissante. Il écrivait et posait pour le Gothic & Lolita Bible, il publiait une à trois fois par an des romans très attendus des lecteurs japonais et possédait même deux lignes de vêtements et accessoires en collaboration avec la marque BABY, The Stars Shine Bright, dont l'une dédiée à Hello Kitty. Malheureusement, depuis son... Mais commencons plutôt par le début. :-)

    Le jeune Novala, après avoir un peu touché à tout, notamment le théatre, débute sa carrière d'écrivain en 1992 avec des essais dans un journal sur les arts libres du Kansai jusqu'en 1997. Ce travail sera d'ailleurs compilé l'année suivante dans un livre nommé SoleilNuit : For Becoming a Proper Young Lady ("SoleilNuit : Pour devenir une jeune dame digne de ce nom") et popularisera le terme Otome  ( on peut même dire qu'il est lui-même un Otomen ). Il publie deux ans plus tard son premier roman : Missin'. Et beaucoup d'autres viendront, y compris le célèbre Shimotsuma Monogatari ("Histoire de Shimotsuma"), incroyable succès en librairie et qui sera adapté en film puis en manga, tous les trois traduits en Anglais.

    Novala Takemoto a été nominé deux années de suite au Yukio Mishima Literary Prize pour son roman Emily en 2oo3 et Lolita en 2oo4. Il aura écrit 23 ouvrages à ce jour, essais, romans et nouvelles confondus. Malheureusement, le public anglophone n'en connaît que trois.

    Et puis... Le 2 Septembre 2oo7, il sera arrêté avec du cannabis dans les poches ( et dans le nez xD ). Conséquences : plus de collaboration avec BABY ( ses produits seront carrément retirés de la vente ) et plus de travail avec le G&LB. Le "Barde Lolita", ajoutant par cet incident d'autres sobriquets à sa collection, plaidera coupable et bénéficiera d'une remise de peine.

    Depuis, son actualité est moins chargée mais on sait qu'il chante et joue de la guitare dans un groupe Punk nommé "Drawer". Autre bonne nouvelle, Missin' et sa suite Missin' 2 : Kasako sont disponibles depuis ce mois-ci sur Amazon... en Anglais ! Peut-être le début d'une longue série ?

     
    POUR EN SAVOIR PLUS

    Site Officiel 

    Communauté LiveJournal 

    POUR LIRE

    Essais annotés (Anglais) 

    Amazon.fr (livres en Anglais) 

    Amazon.co.jp (livres en Japonais)


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique