•    ♫   ♫  

    J'ai beaucoup parlé ces derniers temps de musiciens japonais, de leur actualité plus ou moins foisonnante. A côté de ces "dinosaures" de dix ou vingt ans de carrière (!), il sera appréciable aujourd'hui de parler de la nouvelle génération, surtout lorsqu'elle vient de pays occidentaux. Vous avez peut-être déjà entendu parler de ces artistes-là, même s'ils ne sont pas tous Lolita et pas tous expérimentés. Certaines de ces découvertes me plaisent plus que d'autres mais elles touchent d'une manière ou une autre à la sensibilité revendiquée par des milliers de jeunes filles en froufrous. Alors donnons une chance aux trois groupes dont nous allons discuter dans cet article. :-]

    (Et à la fin de ce billet je vous livre une annonce super excitante qui, comme par hasard, a un rapport direct avec le sujet de cet article)

    Trois groupes, trois pays !

    Aux Etats-Unis : Lolita Dark

    Ne vous fiez pas aux apparences, la musique de Lolita Dark est bien plus pro que ses photos

    J'ai encore un doute sur Lolita Dark. Ce quintette tire t-il une influence du Lolita en dehors de son nom ? Au vu des rares photos et morceaux disponibles, on s'aventurerait plutôt à répondre non. Oui mais voilà, il s'avère que le premier concert de ce groupe très récent a eu lieu cette semaine, à l'occasion d'une tea party en Californie centré sur la musique et la mode japonaise et en particulier sur les Lolitas. J'aurais donc du mal à imaginer que le nom ne soit qu'un pur hasard de la vie.

    Mais cessons de nous demander si telle ou telle chose est Rori, écoutons plutôt ce que Lolita Dark nous propose ici ! Seulement deux morceaux sont en écoute, mais un EP de six chansons sera bientôt disponible, et là on pourra mieux juger de la Lolita-titude (quel nom barbare :p) du groupe. Ou pas.

    En Autriche : Lolita Komplex

    Les membres de Lolita Komplex sont tous des garçons sauf la chanteuse, qui est une Lolita. Leur style visuel, à l'image de leur musique, oscille entre goth tendance métal, dans la grande tradition germanique, et goth tendance visu, à la japonaise. La lolita quant à elle y apporte un côté frais et pop, une bulle de rose et de féminité parmi les costumes sombres et austères et la masculinité que revêt souvent ce genre de musique. Le mélange est particulièrement frappant dans "Dollhouse" (chanté en anglais et japonais) que j'écoute en boucle alors que ce n'est pas du tout mon style en principe. :-)

    J'ai aussi bien aimée leur reprise de "Moi... Lolita", malgré l'intro un peu cheap et le rythme trop précipité. Par contre, je ne peux m'empêcher d'être impressionnée par la parfaite prononciation de la chanteuse, et puis ça me tenterais bien de gueuler "LO-LI-TA !" pendant un de leurs concerts. Enfin, je reste quand même fidèle à ce cher Julien Doré. ♥

    Lolita Komplex a sorti son tout premier clip ce mois-ci, avec pleeeeein de Lolitas dedans :

    Le 20 Mai 2011, ce sera au tour de leur premier album, Le Cabaret des Marionnettes (en français dans le texte) ! En attendant, ils tournent leur prochain clip cette semaine, sur le thème Lolitas VS Zombies.

    En France : Virgin Princesse

    Peut-être avez-vous déjà croisé le minois de Noémie Alazard sur MCM. Elle a même interviewé François Amoretti pour son émission Ultra Manga ! Cette jolie blonde aux bras tatoués est le visage et la voix du trio Virgin Princesse. Un brin pin up, elle susurre ses compos pop et folk avec une douce assurance et une écriture gorgée de métaphores. Sur le profil du groupe, on peut lire que Virgin Princesse est une "femme-enfant". C'est on ne peut plus vrai. Un peu acides mais toujours enrobées de sucre, les paroles ne sont mignonnes qu'en apparence. Pour exemple, "Ma chair est tendre" :

    Regarde-Moi, le premier album du groupe, est sorti en Janvier. Les illustrations de la pochette ont été réalisées par Nicolas Hitori De, que vous connaissez peut-être pour avoir travaillé pour Witch Mag. En ce qui me concerne, j'étais fan de son trait et de ses références à Vivienne Westwood et Happy Berry !

    Pour continuer sur le chapitre des reprises, on peut en trouver une sur le myspace de Virgin Princesse. De manière très... reposante, le trio s'approprie "Anarchy in the UK" des Sex Pistols, autrement dit un standard du Punk. Une révolution par la douceur, en somme ?

    De Noémie Alazard on en vient donc à *tadaaam (remarquez la subtile transition)*...

    ♫  Les "Gothic Lolita" en musique sur Kaze TéVéééé ! 

    Présenté par Noémie Alazard et Adrien Elric ! Je vous recopie l'annonce de la chaîne :

    "Moshi Moshi Music vous propose cette semaine une émission spéciale Gothic Lolita !

    Au programme : de la musique, des infos, des news, mais surtout des rencontres pour en savoir toujours plus sur ce thème dont l'influence ne cesse de croître !

    Cette émission en 2 parties sera ainsi ponctuée par les témoignages de l’illustrateur
    François Amoretti, la présidente de l'association des Gothic Lolitas en France, Kokusyoku Sumire et la chanteuse de Sfar répondent. Ils répondent aux questions de Noémie et Adrien et vous disent tout sur les Gothic Lolita et leur musique !

    Aujourd'hui vendredi 18 février à 13H (rediffusion à 20H), retrouvez la première partie de ce reportage exceptionnel dans la cinquième émission de Moshi Moshi Music. La seconde et dernière partie sera diffusée le
    vendredi 4 mars à 13H (rediffusion à 20H) dans l’émission numéro 6."

    Problème (et je suis sûre qu'on est nombreuses dans ce cas) : je ne reçois pas la chaîne ! Alors si quelqu'un était assez gentil pour poster l'émission sur Youtube... =D

    Deuxième problème : Mais qui est donc la chanteuse de Sfar ? Jamais entendu parler :O (à part Joann Sfar je veux dire. Joann Sfar serait donc une Lolita ? :o)

    LOLITA DARK

     Site / Myspace / Facebook / Twitter

    LOLITA KOMPLEX

    Site / Chaîne Youtube / Myspace / Facebook / Twitter

    VIRGIN PRINCESSE

    Profil Noomiz / Myspace / Facebook / Twitter

    ___________

    My Twitter / Tumblr / Formspring


    8 commentaires
  • Ah, Fragonard. Ou comment dissimuler la lubricité sous une jolie couche de peinture... (même édulcoré par Disney)

    Vous souvenez-vous du dessin animé Barbie qui passait chaque hiver à la télé ? Mais si ! Vous vous leviez exprès très tôt (c'était moins difficile à l'époque) un matin pendant les vacances, et restiez emmitouflées dans une couverture, chocolat chaud dans une main, bûche de Noël dans l'autre, attendant impatiemment ses nouvelles aventures. Quel que soit le conte ou le ballet adapté cette année-là, vous saviez que vous y trouveriez votre compte de princesse, de château et de prince charmant. En ce qui me concerne, certains de ces films d'animation sont mes premières découvertes de classiques, notamment Le Lac des Cygnes, Casse-Noisette (je l'ai racheté l'année dernière en cassette vidéo !) ou encore Princesse Raiponce des frères Grimm. Alors ne vous étonnez pas si j'en reparle ici de temps en temps. :-]

    Disney par contre n'a eu aucune incidence sur mon enfance. A vrai dire -et j'ai bien honte de l'avouer aujourd'hui- je n'en ai jamais vu un seul de ma vie ! Les contes de Disney, je les ai seulement lus. Je me suis beaucoup amusée sur Youtube de leurs messages cachés, j'ai adoré Disneyland Paris et apprécié (ou pas) les séries de Disney Channel avec ma soeur. Et puis j'ai vu l'Alice de Tim Burton. En décembre dernier, un nouveau Disney est sorti dans les salles, version complétement barrée d'un vieux conte d'autrefois : Raiponce.

    Barbie, Disney, mon enfance, c'est ce à quoi j'ai pensé en voyant la nouvelle collection d'Alice & the Pirates, Scent of Rapunzel.

     
     

    Trois robes, une jupe, un bonnet, un serre-tête, une paire de chaussettes et trois bijoux, voilà ce qu'on pourra trouver dans cette collection, plutôt classique chez la marque. La composition de l'imprimé sur le tissu l'est tout autant, ce qui en plus de rendre les pièces conventionnelles, y enlève toute leur subtilité. Prenez tout, moi je garde seulement la broche ! Mais regardons le dessin de plus près :

    Des scènes du conte y sont étalées sous une pluie de fleurs. +10 pour la frise en forme de tresse (surtout en violet/crème) !

    J'ai toujours eu une certaine fascination pour les attributs de la féminité, alors associer le Lolita à Rapunzel, cette fille à la chevelure tellement abondante que même la sorcière qui l'a enfermée ne parvient pas à brimer son potentiel de séduction, je ne peux qu'approuver. La chevelure possède depuis la nuit des temps un attrait érotique certain, quelque chose que les grandes religions ont toujours tenté de dissimuler. Les Lolitas, elles, recherchent la modestie dans leur tenue mais ne peuvent s'empêcher d'admirer les coiffures extravagantes de Marie-Antoinette. Ces dernières années, on a même vu l'émergence des perruques, en particulier dans le Sweet, où le blond et le brun ont perdu depuis longtemps la partie face au rose, au bleu et même au bicolore. Ce symbole féminin est par là, comme dans le conte, mis en valeur, altéré, amplifié jusqu'à la caricature. C'est ainsi que le Lolita fonctionne.

    Mais j'attends une "raiponce" (loul) sur un point : pourquoi "scent" of Rapunzel ?

    QUELQUES LIENS

    Réserver Scent of Rapunzel

    Raiponce version Disney (il est encore dans les salles)

    Lire Rapunzel en Français / en Allemand

    ___________

    My Twitter / Tumblr / Formspring


    4 commentaires
  • Bon d'accord, Mana est très bien et très classe, il fait figure d'antiquité sur la scène musicale Rori et peut-être qu'un jour il redeviendra à la mode. Certes, mais que s'est t-il passé chez les autres musicien(ne)s ces dernières semaines ?

    L'autre jour dans un commentaire, Llewella n'a pas manqué de me rappeler que j'avais omis de relayer une annonce très importante, mais lente, occupée et flemmarde comme je suis, j'ai laissé courir l'info. Allons bon, Nana Kitade  et son groupe Loveless sont en tournée dans toute l'Europe ET le Maroc ?! Oui, je sais, on se demande où je végétais pendant ce temps-là. Voici donc les dates (mieux vaut tard que... enfin bref) :

    8 Avril – Marseille (Le Poste à Galène)

    9 Avril – Paris (Expo Porte de Versailles)

    10 Avril – Labège (Espaces de Congrès et d'Exposition)

    Si vous avez l'occasion de voyager, sachez que la tournée passera également par l'Allemagne, la Pologne, l'Autriche, la Hongrie, la Croatie, le Royaume-Uni, le Portugal, l'Espagne, les Pays-Bas et le Maroc. Ce sera probablement la toute première fois qu'une artiste comme elle se produira au Maghreb d'ailleurs. :-]

     

    Alizée Bingöllü, voix enchanteresse d'Ödland

    Voilà pour le plus important. En moins "spectaculaire", je vous propose aussi une interview de Moon-Kana, dont on n'avait pas eu de nouvelles depuis longtemps. Rien de bien passionnant cela dit, des réponses laconiques mais un aperçu plutôt intéressant de l'évolution de la carrière de la chanteuse (elle a fêté ses dix ans d'activité en 2010 !) et du Lolita en général tel qu'il est perçu par elle.

    Et pour celles qui se désespéraient de pouvoir se procurer un jour les albums des Kokusyoku Sumire (puisque François Amoretti ne les vend plus), ne pleurez plus ! Le site de l'Agence Jaapan, issu du label Sonore qui distribue le groupe en Europe, le fait à nouveau ! Mais attention, les prix ont un peu augmenté depuis votre dernière visite.

    Faisons enfin un tour du côté d'Ödland, qui prépare actuellement son deuxième album dédié à l'Europe. Comme vous le savez peut-être si vous me suivez sur Twitter, il était possible de précommander ce disque afin d'aider à sa production et réunir la somme de 5000€. Le défi s'étant achevé avec succès, le groupe a mis en ligne un morceau de l'album (en plus des extraits que vous pouviez déjà écouter ici). Et si ça vous plaît, profitez des quelques jours qu'il vous reste pour en commander un à partir de 5€ !

    Bonne semaaaaaine

    ___________

    My Twitter / Tumblr / Formspring


    2 commentaires
  • J'aime le mélange des genres. Un musicien qui tourne un film, un mannequin qui chante, un écrivain qui monte un groupe... Même si c'est parfois maladroit ou inapproprié (la célébrité ou le talent dans un domaine ne fait pas tout), c'est ce qui fait avancer l'imaginaire que ces personnes portent en elles, et qui nous force à dépasser des lignes préconçues, à élargir des définitions limitées. Prenons ce blog par exemple. Beaucoup affirment que le Lolita n'est que robes et noeuds à dentelles, rien d'autre. Or, l'existence même de ParisNoMado démontre que l'esthétique Lolita dépasse largement ces considérations matérialistes, puisqu'il existe des artistes qui sont parvenus à repousser les frontières du Lolita sur des mediums bien différents du vêtement.

    D'où mon envie de rédiger plus d'articles sur ces mariages incongrus entre Lolita et non-Lolita. Là encore, les premières choses qui viennent en tête sont vestimentaires : Punk et Lolita, Gyaru et Lolita, Fairy-kei et Lolita ou, pour les plus récents, Dolly ou Mori et Lolita. Mais vous n'y êtes pas du tout ! Ce blog traite d'arts et de culture Rori ou Roriesque. Je voudrais donc aujourd'hui nous amener à la pop culture.


    votre commentaire
  •  

    Ah ! Mana. Combien de fois l'a t-on admiré, puis moqué et enfin méprisé ? Mais il est toujours là, bien vivant, et garde un petit noyau de fans dévoués. En dehors de l'annonce de son dernier album, le hasard a fait que j'ai plusieurs fois entendu parler de lui ces dernières semaines, certes peu, mais plus que d'ordinaire. Profitons-en donc pour nous remémorer ce qu'il représente dans le Lolita !

    Sans rentrer dans les détails, commençons simplement par dire que le véritable nom de Mana nous reste inconnu depuis le début de sa carrière dans les années 80, tout comme son année de naissance. On sait simplement qu'il est né un 19 mars à Hiroshima (je parie qu'il a une bonne quarantaine d'années, et vous ? :-]). Ses parents, professeurs de musique, lui ont inoculé le virus du classique, mais ce n'est qu'au lycée qu'il commence à pratiquer plusieurs instruments. Il intègre quelques groupes punks à partir de 1989 puis fonde Malice Mizer en 1992. C'est à cette époque qu'il commence à révolutionner le petit monde du Visual Kei, appuyé par la forte identité visuelle du groupe. Il crée tous les costumes de scènes, hybrides entre gothique à l'occidental et Rococo sauce Glam rock. Lui, guitariste, se travestit et incarne un personnage mystérieux dont on ne connaît ni la voix ni les pensées. Adoptant une gestuelle théâtrale, il répond aux questions des journalistes en chuchotant à l'oreille d'un membre du groupe chargé de transmettre ses paroles. Le personnage de Mana fait ainsi l'objet d'une fascination toute particulière auprès de ses fans, qui commencent à imiter ses costumes. Ce sont les débuts - ou du moins beaucoup le pensent - du Gothic Lolita.

    En 1999, il fonde sa propre marque de vêtements, Moi-Même Moitié, clairement différenciée du cosplay par ses lignes sobres, ses dentelles délicates et ses couleurs fétiches, noir et bleu roi. Deux lignes principales à cette marque représentent deux facettes différentes sur lesquelles joue le musicien. L'Elegant Gothic Lolita est ainsi plus féminine que l'Elegant Gothic Aristocrat, composée de pantalons, hauts-de-forme et vestes queues de pie. C'est probablement à Mana que l'on doit les termes de "Gothic Lolita" et d' "Aristocrat", même si on impute au magazine Kera le nom "Lolita". C'est également grâce à son influence que le Lolita a connu à ses débuts, et pendant une longue période, une majorité d'adeptes de Gothic Lolita. Ses photos dans le Gothic & Lolita Bible (G&LB) chaque trimestre assurent de la visibilité à la marque et au personnage. Des tas de filles en Occident découvrent le Lolita par Mana ou vice-versa. La marque Moi-Même Moitié repose donc beaucoup sur la marque Mana, ce que ce dernier semble avoir bien compris puisqu'il pose encore fidèlement dans le G&LB, sans une ride à son logiciel Photoshop !

    Car Mana, c'est la perfection d'une diva gothique, une créature mi-angelique mi-vampirique aux boucles parfaites ou aux mèches hérissées, à la robe sans plis ou aux costumes de Dracula, avec toujours une paire de plateformes aux pieds, le teint blanc, la bouche petite et noire, de grands yeux aux longs cils. Le jeu sur la tension entre l'ange et le démon, la jeune fille pieuse et le vampire sensuel, est présent tout au long de la carrière artistique du musicien, que ce soit dans ses morceaux, sa marque, ses photos ou ses clips.

    En 2001, Malice Mizer se met en hiatus mais ne se sépare pas, du moins en théorie car la situation n'a pas réellement évolué depuis. La même année, c'est la naissance de Moi Dix Mois, considéré comme un projet solo car Mana en est le chef et seul membre permanent. L'année suivante, il fonde son propre label, Midi:Nette (décidément, la lettre M...), et devient producteur, ce qui l'amène en 2008 à lancer Kanon Wakeshima. Le cas de la chanteuse est d'ailleurs assez particulier puisqu'elle n'a pas signée chez lui mais chez une major, et que son style est beaucoup plus lumineux que les autres groupes qu'il a produit. En plus c'est une fille, ce qui est assez rare pour être souligné. :o

    Beaucoup ont reproché à Mana le trop grand sérieux avec lequel il semblait prendre son personnage, les prix de sa marque, l'abus de Photoshop, le coté un peu ringard et monotone (il n'a presque pas changé depuis le début du siècle), un peu kitsch, donc risible. Mais je crois bien que c'est ce qui plaît à ses fans, cette constance, cet aplomb, cet univers marqué. De plus, il passe pour être quelqu'un de très consciencieux dans son travail, et très amical et accessible*. Il est en réalité très secret avec sa vie privée, et même avec son vrai visage (saurait t-on réellement le reconnaître sans son maquillage ?). Et s'il ne parle pas, c'est aussi car il n'aime pas sa voix.

    *cette dernière information m'a été fournie par un gars de mon lycée qui prétend l'avoir croisé dans un bar, je n'en garantis donc pas la fiabilité ("Mana parle ?!" lui avais-je rétorqué, les yeux ronds).

    Clairement, Mana est passé de mode. En même temps que la tendance Sweet supplantait le Gothic, que la scène Lolita s'éloignait du Visual Kei et de ses origines. Mais malgré son manque décroissant de popularité ces dernières années, accentué par une actualité artistique des plus discrète, il est et sera encore considéré par quelques irréductibles comme le Dieu incontesté du Rori, LE Mana-sama.

    QUELQUES LIENS INTERESSANTS

    Le site officiel de Mana

    Le site du label Midi:Nette 

    Tous mes articles sur Mana

    Mana sur Wikipédia

    Un petit bonus ? Mana se produit annuellement en compagnie d'autres musiciens pour des concerts uniques. En 2007 (je crois) il forme Mana's Not Dead avec d'anciens amis à lui, renouant avec ses racines punks. Devinez qui il est sur cette vidéo  ? :-]

    ___________

    My Twitter / Tumblr / Formspring


    6 commentaires