• Le jeu des sept différences

     

    Des films so Roriiii, j'essaie d'en présenter quelques uns sur ParisNoMado, et j'en garde même encore un peu pour plus tard. Des contes, principalement, et des drames en costumes froufroutants. Ce sont souvent des films mignons et roses (ou noir) et féminins et jolis mais pas aussi bêtes qu'ils en ont l'air et surtout pas puérils (enfin j'essaie). Mais combien parmi tous ces scénarios passés ou futurs ont pour personnages de véritables Lolita du XXe ou XXIe siècle ? J'essaie de les énumérer tous dans ma tête mais je ne parviens pas à dépasser les doigts d'une main. En vérité, si l'on excepte les rares apparitions dans une foule au détour d'une scène ou les films gore qui s'en servent de gimmick, les Lolita qui sont pour moi les mieux représentées dans leur "environnement naturel" sont celles (ou plutôt "celle") de Shimotsuma Monogatari (Kamikaze Girls), à savoir Momoko.

     

    Or, il se trouve qu'un autre film, ou plutôt un court-métrage, étrangement similaire à Shimotsuma a fait son apparition sur le marché sous le nom de Mister Rococo. Pour faire court, c'est l'histoire d'une pure réplique de Momoko, Yumi (jouée par Aimi Satsukawa), une Lolita qui aime les choses "kawaii", le Rococo et, surprise... s'habiller en Baby, The Stars Shine Bright - car oui, la marque tente de ramuter quelques nouvelles "Lolit-adeptes" en étant à nouveau partenaire officiel d'un film ! La princesse vit donc tranquillement dans son petit monde tout doux et tout mignon mélangeant séquences réelles et anime Shoujô (tiens donc) jusqu'au jour où elle tombe sous le charme d'un mec bizarre de Hiro (Neko Hiroshi). Or, celui-ci est passionné par le bon gros catch à la dur. Yumi décide alors de s'y lancer elle aussi afin de lui prouver qu'elle aussi peut être forte.                                         

    Le concept de la fragile Lolita qui cache en elle un "eye of the tiger" a maintes fois été vues et revues. Mister Rococo y ajoute la passion du catch, discipline de plus en plus à la mode ces derniers temps. Le personnage antagonique à l'héroïne est cette fois un homme, remplaçant l'histoire d'amitié de Momoko et Ichiko en histoire d'amour pas banale. Et si je vous dis que la chanson du générique est signée Anna Tsuchiya, aka ladite Ichiko dans l'autre film, la boucle est bouclée ! Malgré cela, je dois admettre encore une fois être plus qu'emballée à l'idée d'un tel film, surtout après avoir adoré Shimotsuma Monogatari. Ce genre de films a toujours été tellement rare du côté des Lolita qu'il faut bien se mettre quelque chose sous la dent, même si c'est du réchauffé.

      Cherchez les intrus...

    Mister Rococo a été présenté en Juin au Short Short Film Festival, festival japonais dédié aux courts-métrages. Aucune information à ce jour ne nous est parvenue quant à la possibilité d'une diffusion en Occident, alors en France...!

    Le site officiel du film

    Twitter

    Le blog de Aimi Satsukawa

    ___________

    My Twitter / Tumblr / Formspring


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Sh
    Vendredi 24 Septembre 2010 à 16:34
    Le fait qu'on puisse trouver Manneken Pis "kawaï" ... je crois que je comprendrai jamais ... (je précise que je suis belge).
    2
    Miss Momoberry Profil de Miss Momoberry
    Vendredi 24 Septembre 2010 à 19:57
    Mais c'est meugon une statue qui pisse ! Et son amoureux aussi il est kawaii quand il joue en caleçon au parc pour enfants ! :p
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :